Tel

06.30.72.14.83

E-mail

contact@equibalance.fr

L’ortie est une plante connue tant pour ses vertus nutritionnelles que pour son côté urticant. Elle est évitée par les chevaux la majorité de l’année, on la repère ainsi facilement dans une prairie, car elle c’est l’une des seules plantes qui n’a pas été mangée. Cependant, peut-être avez-vous déjà aperçu votre cheval en manger à certains moment de l’année ? Quelles sont les bienfaits de cette plante?

Ca pique!

Le nom scientifique de l’ortie est Urtica dioica et provient du latin « urere » qui signifie “brûler”. En effet, tout le monde a expérimenté une fois dans sa vie de poser ses doigts ou son bras sur une ortie, et bien on ressent une sensation de piqûre et de brûlure.

Cet effet urticant de l’ortie provient de l’acide formique et de l’histamine qui se trouvent dans les poils au niveau des feuilles et des tiges.

L’ortie dans la tradition populaire

On attribue parfois un côté magique à l’ortie, ainsi selon certaines traditions populaires, l’ortie posséderait des pouvoirs de protection et de fertilité.

La sagesse populaire recommandait alors l’ortie pour se protéger de la foudre, pour améliorer la fertilité masculine, pour diminuer les enflures au niveau des articulations ou encore pour donner du courage. L’ortie s’est également vue conférer des aspects « magiques », ainsi elle pourrait servir de gardien de la frontière de l’au-delà.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est plant-4562419_640.jpg.

Une amie précieuse pour la vie sauvage

Plus de 40 espèces d’insectes se nourrissent de l’ortie. Des chenilles de papillons trouvent, par exemple, refuge au sommet des tiges. En fin d’été, on peut apercevoir des oiseaux se nourrir des graines de la plante.

Des propriétés pharmaceutiques intéressantes

  • Aide à détoxifier l’organisme grâce à son action diurétique. Des résidus de produits chimiques peuvent ainsi s’évacuer par l’urine. Ceci est particulièrement utile à la sortie de l’hiver, puisque, pendant la saison froide, il y a souvent de nombreuses toxines, qui se sont accumulées dans le corps.
  • Aide à la bonne santé du système cardiovasculaire. L’ortie est riche en fer, en potassium et en vitamine C. Cette dernière facilite l’absorption du fer par l’organisme, ce qui fait de l’ortie une plante utile pour lutter contre l’anémie et la fatigue. Le potassium aide à diminuer la tension artérielle.
  • Aide à diminuer les allergies. Des substances contenues dans l’ortie se lie aux récepteurs d’histamine (une des principales molécules responsable de la réaction allergique), ce qui permet de diminuer la réponse allergique suite à une exposition à des allergènes.
  • Diminue les douleurs articulaires liées à une inflammation de l’articulation. L’ortie possède des propriétés anti-oxydantes qui permettent de diminuer l’inflammation.

Des qualités très importantes au printemps, saison par excellence à laquelle drainer (évacuer les toxines) l’organisme et à laquelle réapparaissent de nombreux allergènes, les pollens principalement.

Comment distribuer l’ortie?

Il faut avant tout faire sécher l’ortie afin de lui faire perdre le côté urticant très présent au printemps. Je la fais sécher au soleil durant une journée. Selon la température et la quantité d’ensoleillement cette durée peut varier. Vous pouvez également la faire sécher en intérieur, mais la durée sera plus longue.

Pour un cheval de 450kg, il est possible de lui donner entre 15 et 30g par jour d’ortie séchée. Elle peut être donnée entière et telle quelle, ou broyée et rajoutée par exemple à la ration.

Il est très rare, mais pas impossible que le cheval soit allergique aux orties. Cela va se montrer par un « rash » au niveau de la peau, c’est à dire une réaction de type urticaire (rougeurs, boutons, démangeaisons). Dans ce cas, il suffit d’arrêter de lui en donner.

Pour nous aussi

L’ortie peut être consommées de nombreuses manière, il est possible de consommer les feuilles, mais également les racines. Les tisanes, les soupes, les jus, les tartes ne sont que quelques exemples. Personnellement, je les apprécie en jus ou en tisane. Je récolte les feuilles et sans les faire sécher, je les

  • en tisane : je récolte les feuilles, les rince à l’eau et je les dépose dans de l’eau de source bouillante. Après une dizaine de minutes, la tisane est prête à être dégustée.
  • en jus: je récolte les feuilles, je les rince à l’eau et les place dans une centrifugeuse. Il est possible de boire le jus concentré, ou alors d’y ajouter un peu d’eau. Personnellement, j’apprécie y ajouter de l’eau ainsi que le jus d’une pomme.

Sources:

https://thepracticalherbalist.com/

http://www.equineherbalist.ie/blog/86-stinging-nettle-and-its-uses.html

http://thenaturallyhealthyhorse.com/dried-nettle-horses/

Découvrez les autres articles de Equi’Balance sur cette page.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.